Films vus depuis début 2016

Sans titre - 1-02

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler un peu des derniers films que j’ai eu l’occasion de voir depuis janvier 2016. Certains m’ont beaucoup plu, d’autres un peu moins. Je vous donne mon avis pour chacun d’entre-eux en espérant vous en faire découvrir l’un ou l’autre. 🙂

 

Still Alice

StillAlice3

Synopsis :

“Mariée, heureuse et mère de trois grands enfants, Alice Howland est un professeur de linguistique renommé. Mais lorsqu’elle commence à oublier ses mots et qu’on lui diagnostique les premiers signes de la maladie d’Alzheimer, les liens entre Alice et sa famille sont mis à rude épreuve. Effrayant, bouleversant, son combat pour rester elle-même est une magnifique source d’inspiration.”

Mon avis :

“Still Alice” traite le sujet très délicat qu’est la maladie d’Alzheimer. C’est un film vraiment émouvant qui ferait verser un larme au plus insensible des spectateurs. Le scénario pourrait en “paniquer” plus d’un car cette histoire tragique pourrait bien arriver à n’importe qui d’entre-nous. Toute l’histoire est tellement réaliste, tellement triste. On accompagne Alice dans son combat contre la démence tout au long du film, on assiste à l’évolution de la maladie contre laquelle la protagoniste tente de lutter en mettant en place certaines stratégies, en adaptant son quotidien pour freiner le plus possible cette dégénérescence. Julianne Moore a amplement mérité son Oscar car sa prestation était tout simplement exceptionnelle. Si vous désirez voir ce film, sortez donc vos mouchoirs !

Une merveilleuse histoire du temps
Eddie-Redmayne-in-The-Theory-of-Everything_article_story_large
Synopsis :

“1963, en Angleterre, Stephen, brillant étudiant en Cosmologie à l’Université de Cambridge, entend bien donner une réponse simple et efficace au mystère de la création de l’univers. De nouveaux horizons s’ouvrent quand il tombe amoureux d’une étudiante en art, Jane Wilde. Mais le jeune homme, alors dans la fleur de l’âge, se heurte à un diagnostic implacable : une dystrophie neuromusculaire plus connue sous le nom de maladie de Charcot va s’attaquer à ses membres, sa motricité, et son élocution, et finira par le tuer en l’espace de deux ans. Grâce à l’amour indéfectible, le courage et la résolution de Jane, qu’il épouse contre toute attente, ils entament tous les deux un nouveau combat afin de repousser l’inéluctable. Jane l’encourage à terminer son doctorat, et alors qu’ils commencent une vie de famille, Stephen, doctorat en poche va s’attaquer aux recherches sur ce qu’il a de plus précieux : le temps. Alors que son corps se dégrade, son cerveau fait reculer les frontières les plus éloignées de la physique. Ensemble, ils vont révolutionner le monde de la médecine et de la science, pour aller au-delà de ce qu’ils auraient pu imaginer : le vingt et unième siècle.”

Mon avis :

Vous allez vraiment croire que mon but est de vous recommander les comédies dramatiques les plus tristes qui existent mais celle-ci m’a également beaucoup plu. Une fois de plus, le jeu d’acteurs est exceptionnel. A défaut d’apporter des informations scientifiques, le film traite la vie du grand physicien tout en finesse en se centrant principalement sur les émotions ainsi que sur son histoire d’amour avec Jane, la jeune femme avec laquelle Stephen va mener son combat contre la maladie. Le scénario pourrait sembler un peu trop hollywoodien aux goûts de certains mais il est tellement plein d’espoir, tellement dramatique, qu’il nous rendrait presque “honteux” de nous plaindre de nos petits soucis quotidiens…

Her

JOAQUIN PHOENIX as Theodore in the romantic drama "HER," directed by Spike Jonze, a Warner Bros. Pictures release.

Synopsis :

“Los Angeles, dans un futur proche. Theodore Twombly, un homme sensible au caractère complexe, est inconsolable suite à une rupture difficile. Il fait alors l’acquisition d’un programme informatique ultramoderne, capable de s’adapter à la personnalité de chaque utilisateur. En lançant le système, il fait la connaissance de ‘Samantha’, une voix féminine intelligente, intuitive et étonnamment drôle. Les besoins et les désirs de Samantha grandissent et évoluent, tout comme ceux de Theodore, et peu à peu, ils tombent amoureux…”

Mon avis :

Si je devais décrire ce film en un seul mot, ce serait “bizarre”. Globalement, les critiques sont plutôt bonnes, il semble être assez apprécié pas la majorité des spectateurs mais en ce qui me concerne, ne n’est pas tout à fait le cas… Je n’irai pas jusqu’à dire que ce film m’a déplu mais je trouve qu’il a un côté troublant. J’aime pourtant beaucoup les histoires d’amour mais celle qui est abordée dans le film me dérange. Je n’arrive pas à concevoir qu’un être humain, sa personnalité, ses sentiments, puissent être remplacés par une “machine”. On peut observer à l’écran la projection d’une vie future où l’être humain semble vraiment vivre dans sa bulle, ou les contacts “réels” semblent se perdre peu à peu. La technologie ne semble pas avoir de limites et je trouve cela assez effrayant.

Gone girl

GoneGirlFincerSpecialShoot

Synopsis :

“A l’occasion de son cinquième anniversaire de mariage, Nick Dunne signale la disparition de sa femme, Amy. Sous la pression de la police et l’affolement des médias, l’image du couple modèle commence à s’effriter. Très vite, les mensonges de Nick et son étrange comportement amènent tout le monde à se poser la même question : a-t-il tué sa femme ?”

Mon avis :

Le thème abordé dans ce thriller est sans aucun doute la manipulation des spectateurs par les médias. Ce film donnerait des frissons tant il est presque “malsain”. Tout au long du film, les coups de théâtre se succèdent et on se triture l’esprit pour déterminer qui joue quel rôle dans l’histoire. Entre la manipulation, la paranoïa et le suspense présent du début à la fin, on n’a pas le temps de s’ennuyer. On sortirait presque de la salle, le cerveau complètement retourné par ce drame conjugal au côté vraiment glauque. Bref, je ne vous en dit pas plus mais je vous conseille de le voir, j’ai adoré.

Cas 39

CASE 39

Synopsis :

“Emily Jenkins est assistante sociale. Elle pense avoir tout vu parmi les situations familiales les pires… jusqu’à ce qu’elle ait entre ses mains un dossier bien mystérieux, celui d’une enfant de 10 ans, Lilith Sullivan. L’assistante sociale est convaincue que Lilith est maltraitée par sa famille, ce qui sera vite confirmé quand les parents essayeront de tuer leur unique fille. Emily parvient à arracher la jeune fille à son foyer et décide de la garder avec elle en attendant une bonne famille d’accueil. Mais elle ne tardera pas à découvrir que Lilith n’est pas si innocente qu’elle le pensait et que les apparences sont le plus souvent trompeuses.”

Mon avis :

Un peu dans le style de “Esther” (que j’avais vraiment beaucoup aimé), ce film d’horreur m’a vraiment fait serrer les dents du début à la fin. C’est une réussite car je suis une adepte de ce genre cinématographique, ce qui me rend encore plus exigeante dans ce cas-ci. Jodelle Ferland, dans le rôle de Lilith, a un jeu d’acteur terrible, qui vous glacerait le sang. Ce film nous fait vraiment passe par toutes les émotions : la haine, la pitié, la crainte pour ensuite tomber dans l’angoisse face à ce scénario machiavélique, tout ce que j’aime ! Pour moi, “Cas 39” ne détrône pas Esther mais reste tout de même un super film à regarder de préférence dans le noir entre amis. 😉

 

Suivre:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *